Comment reprogrammer son cerveau grâce à l’auto-hypnose? Les méthodes

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



Aujourd’hui, de plus en plus de personnes recourent à l’hypnose ou à l’auto-hypnose pour se relaxer ou soulager leurs maux. Datant de l’Antiquité, ces thérapies ont fait leurs preuves et peuvent constituer un véritable traitement. Elles sont notamment utilisées pour contrôler les douleurs ou modifier les habitudes. Dans le milieu médical, l’hypnose est aujourd’hui utilisée pour anesthésier un patient avant une grande opération. Les thérapeutes la préconisent également dans le cadre d’un sevrage à l’alcool ou au tabac. Mais pour qu’elles soient bénéfiques, l’hypnose et l’auto-hypnose doivent se faire suivant certains principes. Si l’auto-hypnose ne nécessite aucun cursus spécifique, l’hypnose exige des connaissances académiques.

Comment reprogrammer son cerveau grâce à l'auto-hypnose? Les méthodes

Qu’est-ce que l’hypnose ?

Du grec « hupnoein », l’hypnose signifie littéralement endormir. Il s’agit d’une thérapie visant à modifier la conscience. Durant une séance d’hypnose, le sujet se trouve entre l’état de veille et le sommeil.

L’hypnose est un état tout à fait naturel même s’il y a une modification de conscience. D’ailleurs, elle est expérimentée quotidiennement par des gestes anodins comme la lecture d’un bon livre ou la perte temporaire de la notion du temps. Elle est similaire à l’état d’un individu quand il est dit « dans la lune ».

Cette thérapie a pour but d’accéder à des ressources qui ne sont pas, ou sont peu exploitées au niveau du cerveau. Elles permettront à l’individu d’activer ses pouvoirs d’auto-guérison grâce aux suggestions du thérapeute. L’hypnose se pratique suivant certaines règles.

Les principes de l’hypnose

Les théories psychologiques avancent l’idée selon laquelle la majorité des problèmes personnels et relationnels d’une personne proviennent de son inconscient. En effet, ce dernier accumule des centaines de milliers de données qui contrôlent l’existence de l’individu. Les diktats familiaux peuvent, par exemple, guider des choix de vie pendant plusieurs années sans que l’individu n’en soit réellement conscient.

Dans le cadre de l’hypnose, le thérapeute va ainsi orienter l’inconscient de l’individu vers des idées plus justes. Ces dernières viennent remplacer les idées négatives qui pourraient nuire à son quotidien. Pour que l’hypnothérapie soit efficace, l’individu doit être motivé. Si ce n’est pas le cas, les suggestions mentales de son thérapeute n’auront pas d’effet sur son inconscient. Il faut donc vouloir être hypnotisé pour que la thérapie fasse ses effets.

Les différentes formes d’hypnose

Il existe aujourd’hui différents types d’hypnose. Si les bases sont généralement les mêmes, ces techniques se différencient par leur l’approche. Les plus connues sont les suivantes :

L’hypnose directe

Également connue sous l’appellation d’hypnose classique, elle compte parmi les plus anciennes techniques utilisées. L’hypnose directe est apparue vers les années 1770, grâce à la théorie du magnétisme animal de Franz-Anton MESMER. Elle se distingue par son caractère explicite, direct et autoritaire. L’hypnose directe est surtout utilisée durant les spectacles pour faire le show. Durant le processus hypnotique, l’hypnotiseur dispose d’un certain pouvoir et prend une « position haute » face à l’individu. En pratique, il donne des ordres et des instructions pour que l’individu prenne conscience du problème à résoudre. Dans le cadre de cette thérapie, le ton du thérapeute est rythmé pour obtenir l’adhésion de son client plus facilement.

L’hypnose humaniste

Cette pratique a été initiée par Olivier LOCKERT. Elle a pour but d’arriver à une conscience élargie sans dissociation, et d’aider l’individu à prendre conscience de son principal blocage. L’hypnothérapeute sert ainsi de guide pour que l’individu puisse lui-même trouver la solution à son problème. Il va l’emmener dans une conscience augmentée afin que l’individu arrive à garder le contrôle. Contrairement aux autres techniques, le praticien ne se limite pas à l’inconscient. Il va surtout s’adresser à la conscience supérieure de son patient.

L’hypnose humaniste propose une approche plus complète du fonctionnement de la conscience. Elle offre un aperçu psychologique, symbolique et philosophique. Cependant, l’approche ne se limite pas à une relaxation. Pour cause, il n’y a pas lieu de lâcher prise durant la thérapie. L’individu devrait plutôt voir son thérapeute comme un pédagogue puisque celui-ci reste neutre.

L’hypnose ericksonienne

Cette approche est la plus connue dans le domaine de l’hypnose. Initiée par Milton ERICKSON – célèbre psychiatre et psychologue américain, elle appelle le thérapeute à prendre une « position basse ». A l’opposé de l’hypnose directe, le praticien réalise des suggestions verbales très permissives. Forcément, le patient va les accepter puisqu’il se sentira toujours libre et en sécurité. Dans l’hypnose ericksonienne, chaque séance est personnalisée en fonction du sujet. A noter que le père de cette technique, Milton ERICKSON, a mis au point des techniques de manière spontanée et empirique. Plus tard, d’autres praticiens ont formalisé l’hypnose ericksonienne.

L’hypnose elmanienne

Cette technique a été mise au point dans les années 30 par Dave ELMAN. Son principe est assez simple : le praticien va induire rapidement le sujet en « état de transe » pour qu’il réagisse à la thérapie. Dans le cadre de l’hypnose elmanienne, le thérapeute prend la « position haute ». Néanmoins, il est plus permissif que dans l’hypnose directe.

Durant la séance, l’hypnotiseur va faire 50 % du travail. Le reste, c’est le patient qui le fera. Ce dernier sera invité à constater par lui-même qu’il est en état de transe. Le sujet sera ainsi plus collaboratif puisqu’il prend conscience de l’intérêt de son état hypnotique.

La neuro-hypnose

Cette thérapie est basée sur des résultats rapides. Avant le début de la séance, l’individu donne tous les éléments nécessaires lui concernant au praticien. L’hypnose en question doit ainsi s’adapter à la situation de l’individu. Selon le cas, les suggestions verbales peuvent être directives ou permissives. De même pour la séance qui peut s’apparenter à une hypnose conversationnelle ou une sous transe profonde.

L’hypnose Hyperempiria

Cette forme d’hypnose est née dans les années 70 avec le psychologue américain Don E. GIBBONS. Elle vise à inciter le sujet à élargir sa conscience pour qu’il puisse avoir l’impression de faire des voyages fantastiques. L’individu aura la sensation d’être dans un espace interstellaire et de se retrouver avec des êtres imaginaires comme les anges. En parallèle, il pourra capter des énergies revigorantes, et ce, sans consommer de substances illicites.

Concrètement, l’hypnose Hyperempiria constitue un voyage extraordinaire pour le sujet. Ceux qui l’ont déjà expérimenté le confirmeront, car elle est similaire à un saut en parachute. Elle offre divers avantages, notamment l’éveil à soi et à son monde.

Hypnose, des bienfaits intéressants

Aujourd’hui, l’hypnose se veut être une solution à diverses problématiques de la vie courante. Nombreux sont ceux qui ne jurent que par cette thérapie pour soulager les maux ou se sentir mieux dans leur peau. L’hypnose est notamment efficace pour :

La gestion du stress

Le stress est le maux de la société moderne. Avec les emplois du temps trop chargés, les soucis au travail, l’organisation de la vie de famille, il devient de plus en plus fréquent. Cependant, il faut faire la différence entre les stress normaux et les stress superflus. Les premiers sont presque inévitables puisqu’il faut carrément vivre avec. Les stress superflus sont, en revanche, tout à fait gérables. Pour ce faire, l’individu peut passer par l’hypnose. Cette dernière va s’attaquer à la véritable cause du stress et aider l’individu à modifier sa perception des choses. L’hypnose lui permettra également de revoir sa vision du monde et ses automatismes. Au final, il sera plus facile pour le sujet de bien vivre avec les stress normaux au quotidien. Petit à petit, il pourra même se défaire des stress superflus qui pourrissent son quotidien.

La perte de poids

Des études ont montré que l’hypnose avait un effet positif sur la perte de poids. Les suggestions hypnotiques permettraient en effet aux personnes obèses de revoir leurs habitudes alimentaires. Grâce à l’hypnose, elles mangent mieux et changent leur hygiène de vie. Au fil du temps, elles arrivent à perdre plus facilement du poids. L’hypnose va également les aider à améliorer l’image qu’elles ont de leur corps et à s’accepter.

Le traitement du syndrome de l’intestin irritable

Le syndrome de l’intestin irritable touche un bon nombre de personnes. Il est associé à une distension abdominale, des douleurs abdominales, une dépression ou encore des habitudes de défécation. Les études montrent que l’hypnose aidait l’individu à traiter ce maux. D’ailleurs, les bénéfices de cette thérapie persistaient sur le moyen terme (2 ans et plus chez certaines personnes). Pour une pratique à long terme, l’hypnose pourrait même aider l’individu à réduire la dose de ses médicaments.

L’arrêt du tabac

Nombreux sont les fumeurs qui ont expérimenté l’hypnose pour arrêter le tabac. Cette expérience montre que 30 à 40 % d’entre eux ont réussi à sevrer au bout de 6 mois de séance. Aussi, l’hypnose est efficace pour arrêter le tabac. D’ailleurs, certains thérapeutes affirment qu’elle serait plus efficace que les substituts nicotiniques.

Faciliter la grossesse et l’accouchement

La grossesse est une période importante dans la vie d’une femme. C’est à ce moment qu’elle se prépare pour l’accouchement et la maternité. Durant la grossesse, certaines femmes sont anxieuses quant à l’idée d’accoucher. Elles ont peur de ne pas être à la hauteur ou de ne pas s’en sortir. L’hypnose intervient pour réduire cette anxiété. Elle permet de mettre en place un climat de confiance pour faciliter le travail et l’accouchement. Cette thérapie aide également la femme à améliorer la perception qu’elle a de son corps durant la grossesse.

Guide de l’hypnothérapie

L’hypnose fait appel à l’intervention d’un hypnothérapeute. Ce praticien va mettre en place un protocole de soin pour aider son patient à résoudre son problème. A noter que ce protocole varie d’un thérapeute à un autre.

Le déroulement d’une séance d’hypnose

Chez l’hypnothérapeute, les séances commencent par un entretien individuel. Le patient discute avec le praticien des problèmes qu’il désire résoudre. Le praticien va, quant à lui, lui expliquer les techniques qu’il compte utiliser pour aider son patient. Aussi, la première séance est souvent longue. Elle peut aller au-delà d’une heure. Pour cause, l’hypnothérapeute mettra tout en œuvre pour trouver la technique adaptée au cas de son client.

La majorité des personnes ayant déjà eu recours à une hypnothérapie affirment constater les premiers résultats au bout de 4 séances. Chez les adultes, les problèmes sont entièrement résolus après une dizaine de séances. En revanche, la période de guérison est plus courte chez les enfants. Plus faciles à hypnotiser, ces derniers rencontrent des changements dès la deuxième visite chez l’hypnothérapeute.

Savoir choisir son hypnothérapeute

Le choix de l’hypnothérapeute est important puisqu’il conditionne la réussite ou non de la thérapie. Si certaines personnes se fient au bouche-à-oreille, d’autres préfèrent consulter les avis sur internet. Ces deux techniques peuvent être intéressantes à quelques conditions près.

Pour le cas du bouche-à-oreille, vous ne devez pas vous fier à n’importe qui. L’idéal serait que le praticien soit recommandé par un proche ou une personne que vous connaissez bien. Concernant les avis sur internet, nous vous conseillons de faire attention. En effet, certains praticiens peu scrupuleux n’hésitent pas à faire leur propre publicité en utilisant des faux comptes.

Sachez qu’un hypnothérapeute doit avoir suivi une formation en santé ou en psychothérapie. Il devrait être en mesure de comprendre les mécanismes de votre problématique. Si ce n’est pas le cas, tournez-vous vers un praticien plus compétent.

Hypnotiseur et hypnothérapeute ?

Certaines personnes ne font pas la différence entre un hypnothérapeute et un hypnotiseur. Le premier est un praticien spécialisé dans l’hypnose. Il a suivi une formation dans le domaine et exerce dans le secteur de la santé. Ce praticien vous accompagne dans la résolution de vos problèmes. En revanche, l’hypnotiseur provoque juste l’état l’hypnose. Vous le rencontrerez surtout durant les spectacles.

L’auto-hypnose

L’hypnose est une solution thérapeutique pour traiter certains maux comme la phobie, le stress ou encore l’anxiété. Certaines personnes ne savent cependant pas qu’elles peuvent utiliser cette thérapie sans recourir à un professionnel dans le domaine. En effet, vous pouvez tout à fait vous auto-hypnotiser.

Comprendre l’auto-hypnose

L’auto-hypnose est une forme de thérapie permettant de communiquer avec soi-même. Elle a pour but de reprogrammer son esprit et sa façon de penser. Au même titre que l’hypnose, l’auto-hypnose vise à modifier sa conscience, et ce, de manière temporaire. L’individu modifie ainsi son état de conscience et explore ses ressources internes.

Evidemment, tout le monde peut s’auto-hypnotiser. D’ailleurs, certains professionnels dans le domaine affirment que l’hypnose est une forme d’auto-hypnose. Pour cause, cette thérapie n’offre pas de solution extérieure au problème du sujet. Elle l’aide seulement à trouver une solution en allant chercher à l’intérieur de soi. Concrètement, l’hypnose va participer à l’élimination de ses propres angoisses.

Même si l’auto-hypnose est à la portée de tous, elle n’est pas facile à mettre en œuvre. La majorité des personnes voulant tenter l’expérience n’arrivent pas à se vider. Pourtant, cela est nécessaire dans le cadre de l’auto-hypnose. Pour mieux se concentrer, les professionnels recommandent de vraiment intégrer les séances dans sa routine quotidienne.

Le fonctionnement de l’auto-hypnose

L’esprit humain est réparti en trois zones de conscience :

• le conscient qui est la partie la moins profonde ;

• l’inconscient qui est la partie la plus profonde ;

• le subconscient qui est zone en dessous de la conscience.

Le subconscient est ainsi la zone la plus difficile à atteindre. Pourtant, il est responsable du contrôle de nos sentiments et de nos réactions, et ce, en fonction de nos expériences. Le subconscient est également à l’origine de la régulation des fonctions corporelles essentielles comme la respiration.

Si vous voulez vous lancer dans l’auto-hypnose, vous devez maîtriser tous ces concepts. Pour cause, l’auto-hypnose vise à agir sur le subconscient pour instaurer le changement. Faut-il rappeler que l’hypnose est une manière de pénétrer dans son esprit pour reprogrammer son subconscient ?

L’auto-hypnose permet à l’individu de se relaxer mentalement et physiquement. Elle l’aide également à intégrer des pensées positives dans son inconscient. Le sujet prend conscience de ses nouvelles idées à son réveil de l’état hypnotique. Cela aura forcément un impact positif sur ses comportements.

L’auto-hypnose est donc un moyen de communiquer avec son subconscient. Vous lui dites ce que vous désirez et il s’exécute. Notez que le subconscient est la source d’une grande partie de nos réactions.

S’auto-hypnotiser, comment faire ?

L’auto-hypnose respecte les mêmes règles que l’hypnose classique. La seule différence est que vous n’aurez pas besoin de faire appel à un hypnothérapeute. Pour en pratiquer, vous devez suivre trois étapes :

La phase de préparation

Pour s’auto-hypnoser, les thérapeutes vous conseillent de vous asseoir sur un fauteuil ou un canapé. Vos pieds doivent être à plat sur le sol et vos mains posées sur vos cuisses. La séance doit se faire dans le plus grand calme. Aussi, éloignez tout ce qui pourrait vous déconcentrer. Quand vous serez assis confortablement, fermez vos yeux et essayez de faire le vide dans votre esprit. Vous allez méditer pour prendre conscience de chaque partie de votre corps. Commencez par les pieds, puis montez progressivement jusqu’à la tête, et ce, en respirant bien. Quand vous sentez que vous êtes bien détendu, commencez l’auto-suggestion.

La phase d’auto-suggestion

Qu’il s’agisse de l’hypnose ou de l’auto-hypnose, vous devez traiter un problème à la fois. Si vous êtes par exemple victime d’anxiété et de stress, prenez le temps de faire des séances distinctes pour chaque problème. Quand vous aurez identifié le problème, commencez à communiquer avec votre inconscient afin de l’orienter vers la résolution du problème.

Notez que l’auto-hypnose est possible grâce à l’auto-suggestion. Il ne s’agit en aucun cas de donner des ordres à soi. Vous devez prononcer des phrases positives pour motiver votre inconscient. Au lieu de dire « il ne faut pas stresser », dites-vous plutôt« je peux vaincre ce stress ».

La phase de visualisation

La visualisation est sans doute l’étape la plus importante dans l’auto-hypnose. Vous devez prendre le temps d’entrer dans cette phase. Elle consiste à faire travailler son imagination et à imprimer des images dans son inconscient. Vous devez vous imaginer dans des situations réelles, précises et avantageuses. Si vous voulez par exemple augmenter votre « confiance en soi » en étant en période de chômage, essayez d’imaginer un bon poste dans une entreprise. Vous pouvez vous imaginer en train de diriger une réunion pendant laquelle vos collaborateurs vous applaudissent. Sachez que les mots servent de guide pour l’inconscient. En revanche, ce sont les images qui le marquent le plus.

Les bienfaits et les avantages de l’auto-hypnose

Les bienfaits de l’auto-hypnose sont similaires à ceux de l’hypnose. Cette auto-thérapie vous permet de soulager les mots, les phobies ou encore le stress. Elle aide également dans le sevrage à l’alcool et au tabac. L’auto-hypnose présente néanmoins des avantages que vous ne rencontrerez pas dans le cadre de l’hypnose. D’abord, vous n’aurez pas besoin d’avoir des expériences dans le domaine pour vous hypnotiser. Tout le monde peut le faire. D’ailleurs, vous l’avez peut-être déjà fait, mais de manière inconsciente. Vous vous hypnotisez quand vous êtes déconnecté de la réalité. L’auto-hypnose est très proche de cette déconnexion. Il suffit juste d’améliorer naturellement votre « état déconnecté » pour soulager vos maux ou résoudre vos problèmes.

Outre la question de l’expérience, l’auto-hypnose a également l’avantage d’être brève. Vous n’aurez pas besoin de beaucoup de temps pour vous déconnecter de la réalité. Vous pouvez mettre à profit votre temps libre et l’utiliser pour une auto-hypnose. Au fil du temps, vous verrez que cela deviendra une habitude et vous aurez moins de mal à guérir vos maux.

Conclusion

L’hypnose et l’auto-hypnose ne sont encadrées par aucun organisme ou règlement. Aussi, la prudence est de mise si vous voulez vous lancer dans ces types de thérapies. Durant la séance, vous êtes considéré comme une personne consciente de ses actes et de ses paroles.

Quant à l’efficacité de la thérapie, la majorité s’accorde à dire que l’auto-hypnose et l’hypnose marchent. Nombreuses sont les personnes qui ont déjà pu bénéficier des bienfaits de ces thérapies. D’ailleurs, l’hypnose est aujourd’hui utilisée dans le domaine médical. Les bénéfices de l’effet hypnotique ne sont cependant pas encore déterminés. De plus, cette thérapie n’est pas adaptée pour tout le monde. L’hypnose est par exemple contre-indiquée chez les personnes ayant consommé de la drogue ou de l’alcool avant la séance. Chez les personnes psychotiques, la pratique de l’hypnose doit respecter certaines conditions. La séance devra par exemple être assurée par un médecin spécialisé.

Blog